mardi 24 janvier 2017

Une seconde d'éternité

Chopin,  nocturne op. 9,  no 2

En dansant avec toi, je nous ai imaginés à Naples,
mangeant au soleil des spaghettis et buvant du vin rouge un peu âcre.

En t'embrassant, je nous ai vus au Cap d'Erquy,
les pantalons retroussés, les pieds dans l'eau froide, le nez au vent.

En te déshabillant, je nous ai rêvés à Vienne,
robe du soir et queue de pie à l'opéra, emportés, par Mozart bien sûr.

En m'endormant dans tes bras...

Au réveil, j'ai réalisé que les contraintes de la vie ne nous laisseraient même pas le temps d'aller faire les courses à la Migros ensemble - de toute façon, tu vas à la Coop.


J'étais arrivée avec mes gros sabots, parlant trop, gauche et mal coiffée.
Je suis revenue avec mes talons, séductrice et séduite.

Il y a eu des éclats de rire et des confidences, le temps d'un week-end, le temps d'une parenthèse.
Rappelle-toi ton professeur, une parenthèse, comme une porte, se referme, toujours, doucement.

Pour garder au fond de soi l'écho de cette légèreté, la résonnance de cette fugace ivresse.
Pour conserver le souvenir d'un instant précieux, comme un trésor trop rare.

Je repars sur la pointe des pieds, mes chaussures à la main, pour ne pas faire craquer la lame du parquet, pour ne pas te réveiller : le bruit du loquet me fait sursauter. 
Je repars, la robe froissée, mon maquillage a coulé, je suis blême.  

Le jour n'est pas encore levé et ce soir, je serai de retour dans ma solitude. 


dimanche 22 janvier 2017

Fortissimo


Je sais que je me suis levée trop tôt, que le train n'entrera en gare que dans sept minutes mais je n'y peux rien : le front appuyé contre la portière, je le guette déjà au milieu de la foule sur le quai alors que nous traversons encore la campagne puis les premiers quartiers de la ville. 

Comme à chaque fois, j'espère qu'il aura mis sa vieille veste, rugueuse, rêche, contre laquelle j'appuierai ma joue : elle rend l'instant où il posera ses mains sur mon visage encore plus doux. Nos regards se croiseront alors pour la première fois et, durant quelques secondes, ce sont nos yeux qui s'apprivoiseront à nouveau, qui effaceront un peu la souffrance engendrée par nos trop longues séparations. 

Ce n'est qu'alors qu'il se penchera vers moi, approchera ses lèvres des miennes, sa langue se faisant d'abord caresse légère puis audacieuse, ses dents me mordant finalement, m'arrachant un premier cri, son propre gémissement venant mourir dans ma bouche. 

Je souris : je viens de le voir alors que le train ralentit petit à petit, il est là ! 

Dans le bus qui nous conduit comme à chaque fois au parking où il a laissé sa voiture, il me plaque contre la vitre, il se colle contre mon dos, me serrant fort, son bassin s'appuyant contre mes reins : sentir son sexe gonflé, coincé dans son pantalon déclenche à chaque fois des fourmillements, une chaleur dans mon bas-ventre et je n'ai qu'une envie. Une envie folle de me retourner, d'ouvrir d'une main sa ceinture, défaire de l'autre les boutons et repousser ce caleçon devenu trop étroit. Une envie folle de me mettre à genoux devant lui pour d'abord embrasser, lécher puis enfouir dans ma bouche, aussi profondément que possible, son sexe dur, frémissant, réagissant à chaque mouvement, à chaque pression de mes lèvres, de mes dents. Une envie folle de glisser ma main sous ses testicules, de les effleurer, de les caresser. Une envie folle de laisser doucement glisser deux doigts en direction de son anus. Une envie folle de conjuguer le va et vient de ma bouche avec celui de ma main pour lui permettre de jouir, fort, vite, aussi sur mon visage. Une envie folle de me redresser ensuite pour l'embrasser, pour qu'il se goûte, pour que... 

Je me retourne, nos regards à la fois amusés et remplis de désir se croisent à nouveau : nous savons l'un comme l'autre qu'il nous faudra attendre encore au moins une heure avant de pouvoir apaiser réellement la faim qui est la nôtre. 

Sur la route qui nous mène de Bordeaux au Cap Ferret, nous ne parlons jamais ou très peu : nous jouons. 

"Enlève ta veste" est généralement sa première demande. Je m'exécute en souriant, je sais la suite et m'y soumets déjà. 

"Enlève ta culotte" m'ordonne-t-il d'une voix un peu plus rauque : sans me faire prier, malgré le sentiment de ridicule qui est le mien à chaque fois que je me trémousse ainsi sur le siège de la voiture, je la fais glisser le long de mes cuisses, de mes mollets, l'abandonnant finalement à mes pieds. 

"Pose tes talons sur le tableau de bord" me demande-t-il ensuite. 

"Et pourquoi devrais-je faire ça ?" est ma question rituelle, le timbre de ma voix innocente ne trompant personne.  

"Pour que tu puisses remonter lentement ta jupe, me montrer tes bas, le haut de tes cuisses nues" me souffle-t-il : heureusement qu'il connaît la route par coeur, qu'elle est presque déserte en ce début d'automne, son souffle devenu plus rapide me révélant l'intensité de son désir. 

Je sens alors mon sexe devenir chaud, humide, plus sensible encore, s'ouvrant déjà à son membre qu'il me tarde d'accueillir, profondément, violemment. Je pose ainsi mon talon droite à la hauteur du rétroviseur extérieur, l'autre au dessus du levier de vitesse et commence tout doucement à remonter ma longue jupe. Le tissu qui glisse sur mes mollets, mes cuisses m'excite encore davantage, comme s'il était un prolongement de ses mains pourtant sagement posées sur le volant. 

Parfois, il sourit en regardant cette lente progression; parfois, agacé, n'y tenant plus, de sa main droite, il tire d'un geste sec pour découvrir d'un coup mes jambes, mettant mon sexe à nu. Sa main droite quitte alors le levier de vitesse et ses doigts viennent agripper avec force l'intérieur de ma cuisse gauche. "Caresse-toi, maintenant, s'il te plaît, caresse-toi". 

Avant de l'avoir pour amant, jamais je n'avais envisagé de me masturber devant quelqu'un - il est des plaisirs que je pensais forcément solitaires - mais le ton de sa voix, presque suppliante, m'avait fait céder et j'avais accédé à sa demande, d'abord timidement, gênée, presque honteuse; au fil des mois, j'avais pris goût à ce jeu, ayant réalisé le plaisir qu'il prenait à me regarder, à sentir mon excitation gonfler, mon souffle devenir court, mon corps entier se raidissant, s'immobilisant même juste avant l'orgasme qui venait soulager un tout petit peu ma faim, ne faisant qu'accroître son désir. Immuablement, il prend ensuite ma main et lèche mes doigts en souriant, sans dire un mot. 

Nous sortons toujours de la voiture sans emporter nos affaires, sans verrouiller le véhicule; il se saisit de la clé, cachée sous le cendrier sur le rebord de la fenêtre du salon, ouvre la porte, la repousse d'un coup de talon. Il me prend par la main, m'emmène tout au fond de la maison, dans sa chambre encore inondée par le soleil de cette fin d'après-midi d'octobre. 

Nous nous faisons face au pied du lit et je reste immobile pendant qu'il enlève ses chaussures, son pantalon, son slip. Je sais qu'il aimerait être tendre, qu'il aimerait que ce premier instant soit doux et long mais je sais aussi à quel point son érection est devenue impérieuse, à quel point il a besoin de jouir : "ose" je lui souffle alors, "fais-le, j'en ai envie".

De ses deux mains, il me pousse alors sur le lit, je me laisse tomber en arrière en le regardant; il me retourne, soulève mon bassin et d'un coup de genou, écarte mes cuisses. Il remonte une nouvelle fois ma jupe, pose ses mains sur mes hanches.

Je sais qu'à cet instant, il regarde mes fesses, qu'il va ensuite venir, de sa main gauche, fouiller mon sexe mouillé, l'écarter encore davantage pour me pénétrer d'un coup, fort, m'arrachant un cri. La violence de ses mouvements m'électrise, m'incite à me cambrer encore davantage pour lui offrir mon cul. 

"Oh oui, prends-moi, enfonce-toi, encore, encore" : je sais qu'il aime m'entendre, je sais que l'orgasme s'approche de lui comme les vagues d'un Atlantique déchaîné, m'entraînant à sa suite, dans une déferlante qui nous coupe à tous les deux le souffle, qui rend nos corps moites et éblouit tous nos sens. 

Je retombe alors, sans force, sur le lit, son corps venant s'écraser sur mon dos; sa bouche, juste à côté de mon oreille me souffle : "je sais que tu as faim, viens avec moi dans la cuisine, j'ai déjà préparé un plateau d'huitres, le vin est au frais depuis ce matin". 

samedi 21 janvier 2017

Une autre prose


Lectrice, Lecteur,

Vous le savez, mon blog comporte différentes rubriques, de la plus simple avec des mots d'enfants (qui ont grandi depuis lors, leurs propos sont devenus plus "fleuris") à la plus "complexe", avec quelques billets juridiques. 

Je vous en propose une nouvelle, qui sera aussi classée sous ISBN, la prose étant toutefois de mon cru : de petites nouvelles, que d'aucuns qualifieront d'érotique, d'autres de romantique, au gré du temps et des humeurs. La première est d'ailleurs déjà disponible, peut-être vous donnera-t-elle envie de dire "reviens...". 

A bientôt si vous le voulez bien. 

vendredi 20 janvier 2017

Tout à coup...



A vingt ans, j'écoutais, toujours trop fort, Bryan Adams et je me croyais immortelle. 

Depuis lors, nombreux ont été les moments où j'ai pris conscience de la finitude des choses, nombreuses ont été les douleurs.

N'empêche, il est des plaisirs auxquels on s'habitue quand même et on n'envisage même pas qu'ils puissent prendre fin. Il en va ainsi de cuk

N'empêche, un matin, le couperet est tombé : le site sur lequel je publiais depuis dix ans allait mettre la clé sous le paillasson. Je l'ai écrit, je l'ai hurlé que ça, ça n'allait pas, PAS DU TOUT mais rien n'y fit, la fin est fixée. 

Mais parce que je suis une impénitente bavarde, je ne pourrai pas me taire juste parce que François a pris une décision que je pensais... impensable - ne vous méprenez pas, lectrice, lecteur, François est cuk, je le soutiens entièrement dans sa décision - : j'ai donc décidé de faire re-re-re-re-vivre mon blog. 

Résultat de recherche d'images pour "feu de cheminée"Alors entrez sans frapper, installez-vous, partagez, critiquez, interrogez, commentez, lisez en coup de vent ou lentement, souriez ou fâchez-vous...

Je ne vous ferai pas de promesse quant au rythme de publication, encore moins sur la qualité ou les sujets; en revanche, il est évident que vous êtes les bienvenus, j'espère que vous vous sentirez à l'aise ici. 

A bientôt si vous le voulez bien.

lundi 11 avril 2016

Un sapin de Noël


"Il est super, Mini (10 ans), ton dessin !"
"Merci, Maman"

"C'est quoi ?" demande Tom Pouce (6 ans) ? 
Et moi de répondre ironiquement : "tu vois bien, c'est un sapin de Noël".

Tom Pouce de se gratter la tête et de demander, l'air très sérieux : "ah bon, il faut tourner le dessin dans quel sens pour voir le sapin ?" 

A bientôt si vous le voulez bien. 

mardi 22 mars 2016

Il s'appelle Alex

Quatre lettres pour six mois où, en tant que mère, j'ai été secondée, appuyée, efficacement et avec beaucoup de bienveillance, par un jeune homme au pair : 20 ans, toutes ses dents (je crois), un éternel bonnet tricoté main vissé sur la tête, une planche à roulettes dans la main ou sous le pied.... 

Six mois où, me racontant pudiquement ses déboires avec quelques (jeunes) femmes, me parlant de son pays d'origine - la Moldavie - et sa terre d'accueil - l'Italie - il a pris une place importante dans la vie de mes enfants : il a su nouer une véritable relation avec Junior, 13 ans, malgré le fait que mon aîné soit un éternel fâché contre la vie - et les adultes -, il a été capable de composer avec l'esprit fantasque de Mini, 11 ans, qui pense que tout le monde classe ses morceaux de poulet selon la taille dans une assiette avant de les manger, et les singularités de Tom Pouce - 6 ans - qui mange du salami en guise de dessert et qui ne boit que du jus de pomme au petit déjeuner.... 

J'en suis même arrivée à le considérer comme un quatrième fils, à qui je souhaiterais de prendre son envol - des études de droit dans le viseur - mais que j'aimerais garder "à la maison".

Bref, jeudi soir, il arrivera au terme de son contrat et moi, au bout d'une période où je savais que "ça roulait" : je l'admets, c'est le coeur lourd que je vais prendre congé de lui ! 

Et vous, quelle maman de jour, quel-le prof ou quelle autre personne a joué un rôle important dans la vie de vos enfants - et de la vôtre par effet ricochet ? 

Merci, Alex ! 

A bientôt si vous le voulez bien,